Union européenne et immigration (4) : L’impact de la politique des visas

Chacun des articles peut être lus indépendamment les uns des autres, mais se situe dans un argument général sur l’incapacité des états démocratiques à contrôler entièrement leur migration, invitant donc à une reformulation des politiques de migration en d’autres termes que ceux de la sécurité et la prohibition.

Articles connexes :

Les articles précédents nous ont montré que les processus de migration ne répondent pas seulement à des logiques juridiques ou économiques. Dans l’ensemble du projet migratoire, la possibilité d’avoir accès légalement au territoire n’est qu’une donnée parmi d’autres. La décision est fondée sur l’évaluation du capital migratoire dans son ensemble, qui symbolise à la fois les ressources et les opportunités du migrant. Une politique migratoire peut être un facteur facilitant ce projet si elle encourage la migration (c’est le cas par exemple pour les travailleurs hautement qualifiés, tels que pour la Commission Européenne). Au contraire, si la politique migratoire n’agit pas comme ressource, mais comme contrainte, cela ne modifie pas l’objectif du projet, mais simplement sa forme. Chacun des exemples abordés peut être lu en regard de cette contrainte.

Dans l’exemple du regroupement familial, les moyens légaux ne déterminent pas les processus de formation du capital social. Le migrant fera venir sa famille qui restera en séjour irrégulier. Pour pouvoir subvenir à leurs moyens, les membres de la famille devront alors se se replier alors sur des économies informelles, tel que le travail au noir. Les niches ethniques jouent un rôle de ressources mobilisables pour les différents acteurs, migrants ou intermédiaires.

Dans les secteurs informels, les activités sont simplement entretenues dans l’irrégularité. L’absence de séjour ne modifie ni les projets migratoires, ni l’organisation du travail, mais seulement ses logiques de recrutement, comme le montre l’exemple de l’industrie textile dans le quartier parisien du Sentier (Brun 2002). Brun a montré que le capital social y avait une influence plus forte que le contexte législatif. Il agit comme une norme sociale où les migrants deviennent chef d’ateliers puis recrutent d’autres migrants dans l’irrégularité. Même si les migrants travaillant dans le textile se font exploiter, ils préfèrent ne pas le signaler : la confiance qui existe entre eux et leur chef d’atelier, qui a eu le même parcours, est plus importance que celle qu’ils ont en l’État.

Dans le cas de l’horticulture wallonne, le moyen légal utilisé pour le recrutement de travailleurs polonais est choisi par la direction en fonction de sa facilité administrative, la tendance allant vers le détachement des travailleurs par la directive service au détriment du permis de travail de catégorie B, pour un ratio actuel de 50/50. Ici, la politique publique joue comme ressource dans le capital migratoire, facilitant le mouvement. Sa spécificité est, bien que la migration soit présente, sa tendance à s’effacer des catégories juridiques par la notion de travail détaché. Cette « immigration sans immigré » (Martiniello et al. 2010, 315), n’efface la présence des migrants que symboliquement, mais ces derniers sont toujours présents, entretenant toujours les chaînes migratoires. Si la migration ne peut être stoppée, elle peut être effacée.

En réalité, comme l’ouvrage dirigé par Martiniello, si la migration n’est pas souhaitée dans le discours politique, c’est bien la forme du travail immigré qui est souhaitée dans certains secteurs économiques. Cette formule éclaire les paradoxes actuels des politiques migratoires, qui semblent parfois contradictoires : c’est la forme du travail immigré qu’on recherche, tout en se débarrassant de l’immigré (ou au moins, de son existence dans notre réalité sociale). C’est bien ce à quoi arrive la directive services, puisque les travailleurs sont considérés comme « détachés », c’est à dire temporairement séparé d’un autre état, et pas temporairement membre du nôtre. En somme, on veut l’argent sans le beur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :